Adoucisseur d'eau

Quel adoucisseur d’eau choisir en 2018 ?

On redoute parfois la pureté d’une eau courante. À l’état naturel, elle peut s’enrichir d’une forte concentration de calcaire selon la région. La dureté de l’eau est souvent à l’origine des différents dysfonctionnements au sein d’une canalisation et peut également impacter la santé des usagers. D’où l’intérêt d’adopter un adoucisseur d’eau chez soi. Mais quel modèle choisir ?

Comprendre son mode de fonctionnement

Bien avant de définir son budget, il convient de comprendre de quel appareil il s’agit. Un adoucisseur d’eau est comme son nom l’indique, un appareil servant à adoucir l’eau du robinet. Étant dure à l’état naturel par la présence du calcaire, elle est la cause de bien des défaillances au sein de la canalisation.

En principe, un adoucisseur d’eau fonctionne de la même manière que tous les purificateurs d’eau, mais tout dépend des méthodes existantes et du type d’appareil. Il réduit la quantité du calcaire dans l’eau courante soit par échange d’ions, soit par des procédés chimiques. D’autres démarches comme le principe d’osmose inversée peuvent aussi porter leur fruit pour diminuer la dureté de l’eau. Nous en reviendrons plus tard.

Le TH ou Titre hydrométrique est une unité de mesure pour déterminer le taux de calcaire présent dans une eau courante. Pour mieux comprendre, la dureté de l’eau est faible quand le TH est inférieur à 15 °F (degré français) et est très forte lorsqu’elle est supérieure à 35 °F. Cela dit, toutes les villes n’ont pas la même dureté et il convient toujours de revoir la carte de la répartition du calcaire dans sa région avant de se procurer d’un adoucisseur.

Tous ces détails sont absolument essentiels pour être certains de faire le bon choix et de sélectionner le modèle qui serait en adéquation avec ses besoins.

Quel est l’intérêt d’utiliser un adoucisseur d’eau ?

Dans certaines régions du pays, où la dureté de l’eau se fait vraiment sentir, l’adoucisseur d’eau est presque inéluctable. Par conséquent, la lessive devient une véritable corvée pour les ménages puisque l’eau dure réduit les propriétés détergentes. Étant donné que les savons ne moussent pas, il faudrait une grande quantité pour laver tout un linge sale.

L’eau adoucie demeure aussi d’une importance capitale pour d’autres raisons plus alarmantes. Lorsque l’eau contient trop de sels dissouts, les tartres vont donc s’entasser et se déposer au fond de la canalisation. Elles peuvent être à l’origine de l’obstruction dans cette zone qui provoquera par la suite un trouble de tout le système. Les équipements sanitaires ainsi que le chauffe-eau peuvent être aussi affectés par ce problème.

Un autre inconvénient est la rehausse de la facture énergétique et en particulier pour les ménages qui utilisent un appareil de production d’eau chaude. L’énergie consommée sera alors accrue par une forte accumulation de tartre au fond de la cuve.

Autant de raisons pour encourager le monde à s’orienter vers un adoucisseur d’eau qui reste jusqu’ici la seule solution à la portée de toutes les bourses.

Vers quel type d’adoucisseur d’eau se tourner ?

Le marché propose généralement 5 variétés d’adoucisseurs d’eau. Le plus ancien est le type manuel et s’avérait être trop contraignant du point de vue pratique. Qui plus est, cet appareil consiste en une surveillance régulière de son processus de régénération ainsi que de la dureté de l’eau.

En revanche, l’adoucisseur de type automatique repousse les limites de son prédécesseur. L’utilisateur jouira d’un gain de temps et se déchargera de lourde tâche étant donné que c’est l’appareil lui-même qui s’assurera des étapes du cycle.

L’adoucisseur à capteur de dureté a sa place de choix et se montre plus performant. Non seulement il capte automatiquement la dureté de l’eau, mais il garanti aussi l’étape de la transformation de celle-ci. La machine présente un avantage économique étant donné qu’elle évacue moins d’eau et consomme peu de sel.

La quatrième variante est l’adoucisseur périphérique. L’appareil est attribué à un usage intensif notamment dans des grands bâtiments ou locaux professionnels. Son installation exige de la minutie ainsi que le réglage de différents paramètres et les renouvèlements des ions.

L’adoucisseur semi-automatique n’est pas en reste et intègre des fonctions automatisées sauf en ce qui concerne la régénération de la résine. Pour cette opération, l’utilisateur doit veiller au bon fonctionnement du processus.

On note cependant que ces différents types d’adoucisseurs énumérés fonctionnent uniquement par le principe d’échanges d’ions. Il est donc judicieux de passer en revue les procédés existants pouvant adoucir l’eau.

Comment se déroule le traitement d’eau ?

Pour traiter l’eau du robinet, il existe 3 principes distinctifs. Le premier consiste en des échanges d’ions à l’aide de la résine. En général, cette résine fait office de matière échangeur, et par laquelle les ions magnésium et calcium vont être échangés contre des ions sodium pour adoucir l’eau.

Le deuxième procédé se base sur le principe de l’osmose inversé qui est nettement plus sophistiqué. La purification de l’eau part d’un système de filtrage ultra fin qui ne laisse uniquement passer que les molécules d’eau. Il améliore le goût de l’eau et fait diminuer sa dureté.

Enfin, le dernier procédé reste au goût du jour même s’il est peu répandu : le CO2. Ce principe consiste à injecter du dioxyde de carbone dans l’eau. Celui-ci doit être proportionnel au débit pour que la réaction chimique puisse se dérouler dans les meilleures conditions. Les CO2 vont entrer en contact avec les carbonates de calcium en vue de les transformer en bicarbonate. À noter que ceux-ci seront solubles dans l’eau. Cette réaction chimique présente l’avantage d’être efficace notamment pour conserver les minéraux présents dans l’eau sans qu’un ajout de sodium soit nécessaire. Un autre atout est qu’il exige peu de maintenance et d’entretien.

Les résultats ne sont pas les mêmes pour chaque procédé. Il faut garder à l’esprit qu’il est compliqué à réaliser, mais qu’il garantit un rendement plus appréciable en traitement de dureté de l’eau.

Adoucisseur à résine ou au CO2, quel est le bon choix ?

Choisir entre un adoucisseur d’eau à résine et au CO2 n’est pas une évidence surtout avec l’immensité des choix que nous disposons sur le marché. Pourtant, l’heure est au choix ! À la différence des modèles fonctionnant sur le principe de la résine, l’adoucisseur au CO2 n’est disponible qu’en unique exemplaire. Ce qui explique alors la hausse souvent exagérée du tarif. Mais d’autres aspects plus pratiques influencent aussi son prix, dont l’absence d’entretien, de régénération et de maintenance. De plus, il donne un avantage économique notamment en matière de consommation d’eau.

L’adoucisseur à résine, demeure jusqu’ici l’appareil le plus répandu et il offre un embarras de choix. Cependant, il ne se mesure pas à sa diversité, mais à sa performance. Il repose alors sur de nombreux critères, mais il faut seulement retenir que l’adoucisseur à résine exige un entretien périodique tandis qu’un adoucisseur au CO2 n’en demande pas pour autant. Ce dernier est donc à privilégier si le budget consacré à l’appareil est important et que le fait d’économiser de l’énergie s’impose parmi ses prérogatives. En effet, ce mode opératoire ne nécessite aucune régénération.

Les points communs entre les deux procédés

Avant d’évoquer les points communs entre ces deux modes opérationnels, il est toujours utile de rappeler leur point de divergence. On note certainement une différence de performance, mais aussi de mode de fonctionnement. En général, certains modèles d’adoucisseur au sel fonctionnent de façon manuelle et nécessitent ainsi la présence de l’utilisateur notamment pour contrôler l’appareil tout en surveillant la régénération de l’eau. Outre cela, l’eau qui s’accumule dans la résine est susceptible de générer de la pollution et nécessite une vérification régulière. Tandis que la performance d’un adoucisseur en CO2 est appréciée. Non seulement l’eau est moins évacuée, mais l’appareil ne demande ni entretien ni surveillance en permanence.

Les deux procédés possèdent de nombreux points communs et surtout du point de vue fonctionnel. Avec ces machines, tous les usagers profiteront d’une eau douce chez eux, étant donné que l’eau douce chauffe vite que l’eau dure. De plus, lorsque l’eau est adoucie, la consommation de produits détergents vient à réduire ainsi que tous les produits de nettoyage. Pour ce qui est des appareils électroménagers et sanitaires, ils gagnent davantage en permanence et les tartres sont moins importants.

Cependant, il faut comprendre que plus l’eau est dure, plus cela implique l’acquisition d’un adoucisseur hautement performant pour pouvoir adoucir l’eau. Il est donc nécessaire d’évoquer leurs vrais critères de choix.

Les critères pour mieux choisir un adoucisseur d’eau

Il existe tout un panel de critères pour sélectionner le meilleur adoucisseur d’eau. La logique voudrait que chacun détermine la dureté de l’eau dans sa région. Outre la dureté, il est aussi nécessaire de connaître le nombre de personnes qui peuvent bénéficier de cette consommation. Le choix repose alors sur l’usage. Pour une utilisation intensive par exemple, il doit être orienté vers un adoucisseur adapté comme le modèle de type périphérique.

En prenant en compte dans son calcul le nombre d’utilisateurs et la dureté de l’eau, il serait alors plus aisé de déterminer le volume de résine adapté à ses besoins. Ainsi, si la dureté de l’eau varie entre 20 et 25 TH, le volume peut être de 10 L pour 4 personnes, 15L pour 5 à 6 personnes et 30 L pour 8 à 10 personnes. De même, si la dureté de l’eau est à 50 TH, le volume de résine pourrait être de 10 L pour 2 personnes, 15 L pour 3 personnes et 30 L pour 7 à 8 personnes. On constate que le volume de la résine est influencé par le nombre de personnes. 30 L équivalent alors à 5 à 8 personnes selon la dureté aperçue.

D’autres critères rentrent aussi en ligne de compte à savoir l’utilisation de l’eau. Certains prototypes, en effet, exigent une surconsommation d’eau, tandis que d’autres non. C’est donc le cas d’un adoucisseur avec sel. Cette consommation s’explique par le principe de régénération. En somme, lorsque la résine ne possède plus d’ions sodium et que le calcium et le magnésium y sont vraiment saturés, le processus de régénération sera enclenché automatiquement ou manuellement. De ce fait, la charge de la résine sera inversée dans le réservoir de sel.

Ainsi, le mode sans sel demeure plus avantageux et accomplit bien son rôle de détartrage. Plutôt écologique, il ne dispose d’aucune résine, mais se base uniquement sur le principe d’échange de polarité permettant à l’eau de conserver les minéraux qu’elle contient. À noter que l’adoucisseur sans sel fonctionne également en mode continu.

Choisir un adoucisseur selon les programmateurs

Comme on a pu voir, les critères de choix ne se limitent pas au type d’adoucisseur, à son mode de fonctionnement ni à la consommation d’eau qu’il pourrait y avoir. Il est possible également d’orienter son choix vers les programmateurs. Ils jouent un rôle important dans l’enclenchement de la régénération lorsque la résine n’est plus chargée de magnésium et de calcium.

Il faut s’intéresser à l’énergie dépensée ainsi qu’à la consommation d’eau. Lorsqu’un adoucisseur fonctionne en mode automatique, la régénération sera fréquente et la consommation d’eau sera aussi importante.

À noter qu’en adoucisseur automatique, il existe deux types de programmateurs. Le programmateur chronologique d’une part, assure une régénération fréquente, mais à un intervalle de temps fixe sans que l’on puisse déterminer si la résine est saturée ou non de calcium et magnésium. D’autre part, il y a le programmateur volumétrique dont la régénération sera influencée par le volume d’eau passé sur la résine. Dans le cas d’une faible consommation, l’appareil respectera le volume d’eau demandé. En revanche, dans le cas d’une surconsommation, la régénération s’effectuera de manière fréquente bien que le volume d’eau exigé soit atteint. Comment alors trancher entre ses deux systèmes ?

Sur le plan tarifaire, une vanne chronométrique marque un point contrairement à une vanne volumétrique, qui quant à lui demeure beaucoup plus onéreuse. En revanche, s’il faut parler de l’aspect pratique, il est préférable de pencher en faveur d’un système à vanne volumétrique, car elle apporte une précision sur la régénération de l’eau. Le système étant sophistiqué, il est possible de l’adapter à toutes les demandes et d’économiser plus d’eau que l’autre système.

Pourquoi choisir un adoucisseur haut de gamme ?

Un adoucisseur haut de gamme est synonyme de qualité, de performance et de durabilité du produit. Par rapport à l’effervescence du marché, un utilisateur pourrait certainement se focaliser sur le prix plutôt que sur les caractéristiques de son adoucisseur. Pourtant, en choisissant un modèle de mauvaise qualité, il se pourrait que son utilisation s’étende sur une durée de vie bien assez courte.

Le coût de réparation ou de remplacement revient alors à la valeur d’acquisition d’un adoucisseur haut de gamme. Il vaut mieux, de ce fait, investir dans la qualité pour profiter durablement de son appareil plutôt que dans le moins cher dont les frais de dépannage pourraient s’accumuler avec le temps.

Plus concrètement, lorsqu’un adoucisseur d’eau est dit « Haut de gamme », cela revient à dire que sa marque est reconnue pour la qualité de ses produits.

Le meilleur modèle d’adoucisseur en 2018

Pour trouver le meilleur modèle d’adoucisseur, il convient d’énumérer les marques qui en font de belles promesses. La plus prisée est Fleck avec la qualité et la grande résistance de ses appareils et particulièrement de ses vannes qui sont reconnues à l’échelle mondiale. BWT se trouve en deuxième place et se démarque par les fonctionnalités fulgurantes de ses appareils. Enfin, Culligan est connue par la durabilité de vie de ses modèles d’adoucisseurs et qui peut se prolonger jusqu’à 15 ans.

Cela dit, bien que ces marques soient reconnues mondialement, il se pourrait que d’autres marques plus récentes leur volent la vedette. Quoi qu’il en soit, le meilleur adoucisseur d’eau en 2018 revient tout de même à Fleck 5600 SXT. Ce modèle se démarque par ses fonctionnalités plus poussées. L’adoucisseur convient à une famille de 6 à 8 personnes avec, comme point fort, la présence d’un flotteur de sécurité pour éviter le débordement d’eau. Une autre particularité de cet appareil est que ses cycles sont programmables. L’utilisateur décidera lorsque son appareil doit entrer dans le processus de régénération ou non, ou alors, s’il souhaite avoir de l’eau pure à un moment donné.

Cliquez pour obtenir 5 devis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *